Default welcome msg!

Le Langage des Fleurs

Peu de choses dans la nature offrent autant de beauté dans une petite taille que les fleurs. Il est donc naturel qu’elles aient été parmi les premières formes de monnaies, d’objets offerts en cadeaux, et d’offrandes aux dieux. Poussés par leur curiosité et leur habitude du catalogage, les victoriens ont porté la fascination pour les fleurs à de nouveaux sommets à travers un langage des fleurs aux significations codifiées spécifiques. L’ère victorienne n’est pas la seule à utiliser les fleurs pour communiquer idées et sentiments. Remontez dans le temps et découvrez l’origine des associations entre les fleurs et les sens qu’on leur attribue à l’heure actuelle.

L’émergence du langage des fleurs

Ces ensembles de fleurs accordées ou contrastées étaient appelés des bouquets, des « nosegays », des « tussie-mussies ». Vous pouviez attacher un bouquet de bourgeons de roses parsemées de grémillets avec un ruban et le tendre à l’objet à l’élu(e) de votre cœur afin de lui exprimer votre intérêt romantique sans dire un mot. Si vous étiez fatiguée de recevoir des demandes de mariage de tous les Lords ayant un château, porter un hortensia en accessoire vestimentaire était une manière pratique de repousser les attentions indésirables.

Usage moderne de ce langage

L’intérêt moderne pour les formes désuètes de communication par les fleurs à bondi lors de la publication du roman « Le langage des fleurs », par Vanessa Diffenbaugh, et de romans romantiques aux thèmes similaires. Alors que le roman de Diffenbaugh suit une jeune fille qui surmonte ses problèmes à l’aide de la communication par les arrangements floraux, elle a aussi publié un dictionnaire des fleurs afin de satisfaire la curiosité des lecteurs voulant en savoir d’avantage. On peut maintenant trouver des centaines d’articles et de sites web soulignant les différences de sens entre les différentes couleurs de roses, de tulipes, et d’autres fleurs .

Cart
  • No products in the cart.